Lors de la réfection d’une cuisine professionnelle, l’étanchéité des sols n’est pas toujours prise en compte correctement. Ce qui peut donner lieu à des sinistres parfois lourds de conséquences. Le point avec Florence Orzechowski, responsable du marché cuisines collectives pour l’agence Île-de-France d’Etandex, et experte en la matière.

Il existe de nombreuses réglementations dans le secteur des cuisines collectives concernant l’étanchéité. Quels sont les points à retenir ?

La mise en œuvre d’une d’étanchéité semble souvent une affaire de bon sens dans des locaux constamment exposés aux eaux grasses et pleines de détergents. Pourtant, il existe tout un environnement normatif au sein duquel il est souvent difficile de se retrouver. Les Documents Techniques Unifiés (DTU) normalisent les caractéristiques attendues, les contrôles qualités et les finitions. Mais il faut ajouter les règles de l’Association Professionnelle des Systèmes d’Étanchéité Liquide (APSEL) qui définissent les principes de base de l’étanchéité intérieure, ou encore les cahiers du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) qui présentent plus généralement les caractéristiques des locaux ou complètent les normes lorsque des cas exceptionnels ne sont pas visés.



De nombreux points sont donc à prendre en compte pour réussir la mise en place d’une étanchéité en cuisines collectives. Bien définir la nature et la planéité du support, l’hygrométrie des locaux, les points singuliers (évacuations au sol, réseaux traversant le plancher…), l’antidérapance, les exigences hygiéniques ou encore la résistance aux contraintes mécaniques sont des points fondamentaux. S’il ne fallait retenir qu’une seule chose pour maximiser la réussite de son projet, c’est que l’étanchéité doit obligatoirement faire l’objet d’une garantie décennale donnée par l’applicateur. Ce dernier doit pouvoir justifier de la qualification Qualibat. Le système choisi doit faire l’objet d’une validation pour une application en cuisines collectives (sols classés P4S), soit via un Avis Technique du CSTB, soit par une Enquête de Technique Nouvelle visée par un bureau de contrôle.

FlorenceORZECHOWSKIEtandex-2.jpg

En définitive, l’étanchéité est un sujet très important pour éviter les infiltrations, les sols glissants ou encore l’encrassement des surfaces. Un bon accompagnement dans le conseil d’une solution technique reste primordial.

Au regard de ces règles, quelles sont les solutions qui peuvent être mises en place dans une cuisine professionnelle ?

Trois types de solutions sont aujourd’hui visés par des Avis Techniques et des Enquêtes de Technique Nouvelle :

  • Les systèmes d’étanchéité liquide sous carrelage scellé ;
  • Les systèmes d’étanchéité liquide ou composite armés sous carrelage collé ;
  • Les systèmes d’étanchéité composites armée avec une finition en résine avec des grains de quartz colorés ;

La première solution est la plus traditionnelle mais de moins en moins prisée : obligatoirement appliquée sur une forme de pente, le système final est très épais et parfois compliqué à mettre en œuvre lors de rénovation. Mal dimensionné, il peut entraîner un fort taux de sinistralité. D’un point de vue usager, il ne s’agit pas du choix le plus ergonomique. En effet, des études ont prouvé que le travail récurrent sur un support penté pouvait être à l’origine de troubles musculosquelettiques pour les salariés sur le long terme.

Deux autres solutions sont donc de plus en plus privilégiées : applicables à partir d’une pente nulle, elles permettent un gain de poids, un gain d’épaisseur et un gain de temps à l’application et une meilleure ergonomie. Dans le cas de la finition résine quartz coloré, le revêtement permet de se passer de joint et est donc plus facile d’entretien. Il permet de respecter la marche en avant, principe de base pour assurer de bonnes pratiques d’hygiène et éviter les contaminations croisées, en jouant sur les couleurs des finitions en fonction des différents locaux et des sens de circulation. Et en rénovation, l’étanchéité avec quartz coloré faisant 5 mm peut facilement se mettre sur un ancien carrelage.

Schema-ETANDEX.jpg

La finition quartz résiste aussi à des chocs thermiques ponctuels comme la chute d’huile bouillante. Quant à la finition carrelage, nous obtenons une meilleure résistance à la chaleur, ce qui a son importance quand on travaille dans des environnements soumis à une forte amplitude thermique de manière constante tels que des pizzerias équipées par exemple de four à bois. Il s’agit donc de prescrire l’une ou l’autre de ces solutions en fonction de la préférence esthétique et technique bien sûr, mais aussi des contraintes de l’environnement.

La restauration collective a changé de place dans l’architecture des bâtiments et la vie de ses occupants, entraînant la prise en compte d’un nouveau paramètre en plus de l’étanchéité : l’acoustique. Comment concilier ces deux notions dans la conception ?

Depuis plus d’une dizaine d’années se pose cette problématique de l’acoustique. En effet, le DTU 26.2 ainsi que les Avis Techniques et des Enquêtes de Technique Nouvelle des étanchéités interdisent la pose d’un isolant phonique sous chape/dalle au sol des cuisines collectives. Les contraintes mécaniques en cuisine sont telles que le support appelé « flottant » qui repose sur l’isolant pourrait fissurer, risquant ainsi de gorger d’eau cette couche qui finirait par perdre ses propriétés acoustiques. En découle un risque accru de fuites voire des problèmes d’hygiène. Il s’agit donc d’une question complexe sur laquelle se penchent de plus en plus de fournisseurs. Rares sont aujourd’hui les solutions qui ont fait leur preuve mais elles existent ! Pour éviter les déconvenues, deux possibilités s’offrent à la maîtrise d’œuvre :

Les évaluations techniques ATEx comme ETN sont reconnues par les assureurs et permettent donc de s’engager plus sereinement dans les travaux. Quelle que soit l’option retenue, il est capital de mettre en œuvre un seul et même complexe qui concilie étanchéité et acoustique. Adopter une approche morcelée en faisant appel à un prestataire pour l’étanchéité et un autre pour l’acoustique fait peser le risque de n’avoir aucune garantie sur le complexe résultant. Chez Etandex, nous préconisons par exemple un procédé visé par ETN qui associe trois fonctions : acoustique, étanchéité et revêtement de sol. C’est l’assurance d’avoir une étanchéité P4S avec une isolation phonique parfaite sur le long terme. Le dimensionnement de la dalle flottante garantit la non-fissuration du revêtement avec des exigences particulièrement élevées propres aux cuisines professionnelles.

À propos d’Etandex

Depuis 50 ans, Etandex met en place des revêtements d’étanchéité et de finition directement circulables pour sol de cuisines collectives, en neuf comme en rénovation. L’entreprise de travaux spéciaux intervient de A à Z sur les chantiers de sols de cuisine : diagnostic, reprise des supports, adaptation de la plomberie, changement des évacuations, déménagement du mobilier de cuisines et mise en place de cuisines provisoires. Avec neuf agences, Etandex applique des solutions d’étanchéité sur tout le territoire.

">